Accueil > Pôle insertion > La restauration permet aux jeunes migrants de trouver leur place
Illustration WP id=19238

La restauration permet aux jeunes migrants de trouver leur place

Le 11 avril 2014 | Actualités -

Depuis plus d’1 an et demi, Aurore propose à de jeunes migrants une formation professionnalisante dans un secteur qui recrute : la restauration.   

Une formation complète pour les jeunes migrants

Sur les hauteurs de Montreuil, dans un lieu appelé « Plateau technique », ils sont plus de 60 à avoir appris d'Olivier Orain, formateur amoureux du service en salle, le métier de serveur dans tous ses détails. Les  élèves  de la promotion 2012-2013 (soit 30 jeunes) ont soit trouvé un emploi en CDI, soit une formation diplômante.

Un grand succès qui s’explique par le haut niveau de la formation, sa pluridisciplinarité et l’accompagnement global que propose le dispositif.

En effet, sur les 10 mois de formation du plateau technique restauration, la moitié du temps est consacré à l'apprentissage du français (cours dispensé par APRELIS). Trois semaines intensives (appelées « Passeport pour la citoyenneté ») s’inscrivent aussi en complément de la formation : les élèves en apprennent d'avantage sur la France, ses institutions et son histoire, afin de mieux comprendre la société dans laquelle ils ont choisi de s'installer.  

Un titre de séjour, un métier : une place dans la société

Grâce au plateau technique, les jeunes migrants en fin de prise en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance ne trouvent pas seulement une voie d'insertion professionnelle, ils stabilisent également leur situation administrative en obtenant leur titre de séjour. " Avec une formation dans un secteur qui recrute, l'apprentissage de la langue et un temps d'instruction civique, les jeunes répondent à toutes les conditions de la circulaire Valls du 28 novembre 2012 relative aux conditions d’examen des demandes d’admission au séjour", explique Sebastien Gélard, directeur.

En choisissant la restauration, le pôle insertion ne s'est donc pas trompé. Les jeunes sont attirés par le secteur et de fait extrêmement motivés. Cet enthousiasme et la qualité de leur formation séduit les employeurs en retour : une dizaine d'établissements parisiens ou franciliens, tels que le Comptoir Général ou le restaurant de l’espace culturel Commune Image à Saint-Ouen, qui reçoivent les jeunes en stage ou les embauchent tout simplement.

Construit comme une unité renforcée, où professionnels, partenaires et usagers travaillent avec détermination à la réussite des projets d'insertion, le dispositif a convaincu les financeurs. Pour preuve, les services d'aide sociale à l'enfance de Seine-Saint-Denis, des Hauts de Seine ou du Val de Marne ont rejoint celui du Paris cette année.  

Mots clefs associés : Migrants    Insertion professionnelle   
Lire aussi

Convention annuelle 2018

La convention 2018 d’Aurore s’est tenue le 26 juin aux Folies Bergère, dans le 9ème arrondissement de Paris. Un lieu unique pour...

Journée mondiale des réfugiés

Correspondant à l'adoption de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, le 20 juin célèbre la journée mondiale des...

ANCV et Aurore : le bilan positif du partenariat 2017

En 2017 encore, le partenariat entre Aurore et l'ANCV a permis le départ en vacances de nombreuses personnes accueillies et constitue...

Fatima et Gilles, nouveaux porte-voix des personnes accueillies

Le 21 mars dernier s'est déroulée l'élection des représentants des personnes accueillies au Conseil Transversal et au Conseil d'administration....

Tous les articles sur ce thème