Accueil > Pôle insertion > Grâce à l'ANCV, les personnes exclues partent en vacances
Illustration WP id=12500

Grâce à l'ANCV, les personnes exclues partent en vacances

Le 13 septembre 2012 | Actualités -

Cette année, plus de 220 personnes accueillies à Aurore, exclues jusqu’ici des traditionnels congés d’été, ont pu partir en vacances. Grâce à l’aide de l’Agence Nationale des Chèques Vacances qui soutient financièrement leur projet, elles ont pu profiter d’un moment de détente et de reconstruction.   

Partir en vacances n’est généralement pas la première préoccupation des personnes accueillies à Aurore. Trouver un logement, un emploi, une formation ou reprendre contact avec leurs proches constituent souvent leurs premières priorités. Et pourtant, les référents sociaux sont unanimes : les personnes qui ont bénéficié de quelques jours de vacances reviennent changées, revigorées, prêtes à affronter démarches et problèmes.  

 

Vacances : objectif insertion

Depuis le début de l’année, l’ANCV a permis à 223 personnes accueillies de réaliser leur projet vacances. Ici on parle bien de projets, car s’il s’agit de s’éloigner quelques jours du quotidien, les personnes accueillies se fixent aussi des objectifs à atteindre : renouer le lien avec ses enfants, sa famille, tester ses capacités à vivre en autonomie ou découvrir une région en vue d’une installation.

Chaque projet poursuit donc un objectif précis, travaillé avec le référent social et qui fait partie intégrante du projet d’insertion de la personne. Prism, service d’accompagnement pour les personnes bénéficiaires du RSA, en situation de grande précarité a sollicité l’ANCV sur les projets de 36 personnes.

Parmi les référents sociaux de l’équipe, Stéphane a fait des projets vacances l’un des outils de son accompagnement : « Sur les 900 allocataires que nous suivons, nous avons décidé de faire bénéficier de cette aide les personnes les plus désocialisées. J’utilise cette aide aux projets vacances dans mon quotidien de professionnel, au même titre que les recherches d’appartement ou les démarches de recouvrement des droits. Elle est un moyen supplémentaire d’aide et d’accompagnement des personnes qu’on accueille. » 

Le projet de Romain, père de deux enfants, a été soutenu par l’ANCV

"Grâce aux Chèques Vacances, j'ai pu organiser pour mes fils un premier séjour au centre de vacances du 'Ty-Nadan' en Finistère. Je reconnais aujourd'hui l'importance de cette action : mes fils ont pu voir que j'étais en mesure, au même titre que leur mère, de les prendre seuls avec moi. Ceci n'était jamais arrivé depuis notre séparation, puisqu’effectivement j'ai toujours bénéficié d'un soutien familial pour l'hébergement notamment. Nous avions donc fait un ravitaillement de courses préalable à la découverte du mobile-home réservé pour mes enfants et moi... C'est une véritable petite maison neuve avec deux chambres séparées par un salon-salle à manger avec cuisine intégrée, une salle de douche et une toilette séparé. Tout le confort d'une maison traditionnelle et localisé dans une petite vallée arborée au milieu de laquelle coule une rivière, un petit ruisseau en fait et dont la musique est déjà à elle seule enchanteresse. […] Cette attribution généreuse m'a permis de rassembler la somme nécessaire à la prise en charge de mes fils et de faire un grand pas en avant vis à vis de mes enfants."

Séjour à plusieurs : une solution pour les plus fragiles

Pour d’autres bénéficiaires, partir loin de leur lieu d’hébergement est un défi en soi. Pour les personnes en situation d’addiction par exemple, ou en situation de handicap. Par le biais de projets collectifs, accompagnés par des salariés d’Aurore, un séjour de vacances peut s’organiser.

C’est le choix qu’à fait la Maison Cœur de femmes, centre de stabilisation pour femmes en situation de grande précarité. Angélique Bérenge est chef de service de la structure. Pour elle, ce séjour démontre aux femmes leur capacité à réaliser des projets : « Lors d’un conseil de la vie sociale, les femmes ont exprimé leur envie de partir en vacances ensemble. Alors nous avons fait en sorte qu’elles construisent entièrement leur projet : elles ont créé un comité vacances, déterminé le lieu, la durée du séjour en tenant compte d’un budget précis. Et surtout, elles se sont débrouillées pour trouver les financements restant à leur charge après le soutien de l’ANCV, en servant lors du buffet d’une association partenaire ou en vendant les plats cuisinés dans un restaurant associatif. Elles ont d’autant plus savouré le voyage qu’elles se sont battues pour le réaliser. »

De retour au centre d’hébergement, un atelier d’écriture s’est organisé où elles ont pu exprimer leurs sentiments sur ce voyage. En voici quelques extraits :

  • Pauline : « Je suis montée dans la première voiture, je devais indiquer le chemin, à l’aide d’un plan. C’était assez marrant. »
  • Dama : « J’ai découvert beaucoup de choses : la mer, les musées, des monuments, comme la cathédrale, le Mont Saint-Michel, la campagne. »
  • Lyza : « J’ai bien aimé cette semaine de tranquillité, loin de tout, loin de Paris, de la pollution, des métros, des bus et surtout de la Maison. »
  • Magali : « Quand j’étais jeune, les moments de vacances ou partage étaient rares. Yamina, Lyza, Pauline, on a tout partagé et beaucoup rigolé. On avait oublié tous nos soucis, l’espace d’un moment sur un coucher de soleil magnifique.»

 

Qu’il soit individuel ou collectif, rien n’est laissé au hasard dans un projet vacance. A chaque étape, de sa construction à sa réalisation concrète, le projet est travaillé avec le référent social pour qu’il apporte un maximum au bénéficiaire. Cette parenthèse que sont les vacances dans leur quotidien n’est pas une parenthèse à leur parcours d’insertion, mais bien un appui, un outil pour avancer vers l’autonomie.    

Mots clefs associés : Insertion sociale   
Lire aussi

Pour et avec les jeunes

A Paris, le service Siloë d’Aurore mène des actions de prévention de la délinquance et de réduction des risques en direction...

Le foot comme outil d'insertion

La deuxième édition du Championnat de l’Intégration et de la Solidarité, mis en place fin 2015 pour réunir franciliens et migrants...

Séminaire du pôle Insertion

Le 2 février, 120 salariés du pôle Insertion d’Aurore investissaient la Cité de Refuge de l’Armée du Salut, dans le 13ème...

François hollande en visite aux Grands Voisins

Mardi 17 janvier, à l’occasion du lancement de la Fondation pour l’Investissement social et le Développement humain sur le site...

Tous les articles sur ce thème