Accueil > Pôle habitats > Le succès des pensions de famille
Illustration WP id=19847

Le succès des pensions de famille

Le 05 août 2014 | Actualités - Tribunes -

Nous vous proposons de revenir sur le succès des pensions de familles, ensemble de logements accompagnés, qui prend une place de plus en plus importante dans le parc locatif d’Aurore mais également dans le paysage du logement social.
C’est la circulaire de décembre 2002, qui lance le programme des pensions de familles, appelées à l’époque maisons relais. Cet habitat dit alternatif avait pour objectif de loger des personnes en situation de grande exclusion et de « leur permettre une réadaptation à la vie sociale dans un environnement chaleureux et convivial, dans la perspective de leur faire retrouver tous les aspects de la citoyenneté. » (Circulaire DGAS/SDA no 2002-595 du 10 décembre 2002) 

Le logement, pour mieux se concentrer sur un projet de vie

Les pensions de famille sont une concrétisation des principes « Logement d’Abord » : aux personnes ayant un long parcours d’errance, des problèmes psychiques et/ou d’addiction, on propose un logement individuel couplé avec des activités collectives et un encadrement important, plutôt qu’un parcours en escalier, censé les amener à plus d’autonomie.

« On propose en fait de stabiliser la situation, pour pouvoir aborder des problèmes relégués au second plan, par l’urgence et la précarité de leur situation », explique Anne Godard, responsable des pensions de famille au pôle Habitat d’Aurore.

Un hôte de maison vit sur place, anime le quotidien de la structure et travaille en binôme avec un travailleur social assurant des permanences. Sans durée limitée, ces places sont de véritables logements accompagnés et durables. Pour les aider à dynamiser leur vie, on leur propose d’établir un projet personnalisé dans les 6 mois suivant leur arrivée. Ce projet vise un mieux-être, car nombre de ces locataires sont en souffrance : « Cela peut-être s’occuper de sa santé, renouer des liens avec sa famille, ou participer aux activités culturelles », explique la responsable. La dimension culturelle est très importante et les activités collectives proposées par les hôtes de maison font partie du projet de service car : « Une fois installés à l’intérieur, dans leur logement, tout le travail est de renouer avec l’extérieur. », souligne-t-elle.

Ind, 39 ans, est locataire de la résidence Belliard depuis 1 mois ; un emménagement synonyme de stabilité : « Au foyer pour handicapé psychique où je vivais avant, ça ne durait que 3 ans et je n’avais qu’une chambre », raconte-t-elle. Ind s’est organisé un douillet chez-elle, où elle expose fièrement ses peintures. Elle n’a pas encore décidé quel serait son projet à elle, mais elle étudie ses pistes : « Peut-être que je vais continuer la peinture car j’ai déjà vendu 2 toiles ! Ou chercher du travail, à la RATP, ou dans la sécurité. » En attendant de se décider, elle évolue au sein de la pension de famille comme un poisson dans l’eau et a même participé à l’organisation de l’inauguration (qui a eu lieu en septembre 2013).

Un programme à succès

Parce que la présence 24h/24 des hôtes de maison rassure les bailleurs et les mairies, parce que ces logements entrent dans les quotas de logements sociaux et très sociaux que doivent respecter les villes (loi SRU, demandant aux villes de compter au moins 20% de logements sociaux) et parce qu’effectivement, les pensions de familles offrent à leurs habitants un cadre de vie agréable et adapté à leurs problématiques, les pensions de famille se développent rapidement.

Avec l’instauration du logement comme Grand chantier national prioritaire en 2008 (fixant à 12000 le nombre de places à créer en 4 ans), Aurore se lance véritablement dans la gestion de ces logements (elle gérait auparavant des structures de type résidences accueil ou maisons communautaires, aujourd’hui « labellisées » pensions de famille).

Les pensions de famille tiennent aujourd’hui une place importante dans le parc locatif d’Aurore puisqu’en 3 ans, Aurore a ouvert 185 places de ce type en 2013. Dans les prochains mois d’autres pensions de famille viendront compléter l’offre d’Aurore, notamment celle de la rue Duranton (15ème).

Mots clefs associés : Logement   
Lire aussi

Atelier de l'Arsenal : une nouvelle expérience de mixité dans la ville

A lire dans Le Monde : Aurore réitèrera dans les années à venir l'expérience des Grands Voisins avec le projet collectif de l'Atelier...

Les Grands Voisins lancent l'Université Populaire Libre et Solidaire !

Différentes thématiques sur les enjeux de notre société seront abordées chaque mercredi du 6 septembre au 20 décembre de 18h...

Rencontre sportive pour la Journée mondiale des réfugiés

Mardi 20 juin, pour la Journée Mondiale des réfugiés, la ville de Paris organisait, en partenariat avec le Haut-Commissariat des...

François Hollande en visite aux Grands Voisins

Mardi 17 janvier, à l’occasion du lancement de la Fondation pour l’Investissement social et le Développement humain sur le site...

Tous les articles sur ce thème