Accueil > Pôle accueils, santé, précarité > La France et l'Uruguay mènent un combat commun contre les addictions
Illustration WP id=9961

La France et l'Uruguay mènent un combat commun contre les addictions

Le 12 avril 2012 | Actualités -

Nous faisons suite à notre premier article sur la participation de représentants d'Aurore à un séminaire sur la prise en charge des addictions.

Dans le cadre d’un séminaire en Uruguay, Eric Pliez, directeur général d’Aurore, Armando Magallanes, directeur du pôle Hébergement, François Hervé, directeur du pôle Addictions Santé Précarité, Anne-Marie Maffre, administratrice de l’association et Morad Fennas, chef de service du CSAPA Clémenceau, se sont rendus sur place afin de procéder à un échange de compétences en la matière.

Le séminaire « Addicciones, 2 mundos : una realidad. Uruguay-Francia » traite les questions internationales communes relatives à la prise en charge des addictions: la dépénalisation de l'usage des drogues, le renforcement de la réduction des risques et la prévention, l’ouverture des salles de consommation…

Lundi 9 avril

L’équipe d’Aurore s’est rendue à la prison de Flores, emblématique de la problématique de l’addiction en Uruguay.  En effet, 70% des détenus, très jeunes pour la plupart, s’y trouvent pour des problèmes de drogue et ont été condamnés à des peines allant de 4 mois à 5 ans… L’Uruguay ne disposant pas d’alternatives à l’incarcération, les prisons sont surpeuplées, à l’image de l’établissement de Flores au sein duquel les détenus sont près de 54 par cellules, qui sont pourtant minuscules et très vétustes.

L’équipe a ensuite visité l’aile du commissariat accueillant les victimes de violences familiales, phénomène en nette augmentation en Uruguay. Aucune structure d’accueil permanente n’existe dans ce pays et la structure doit donc se contenter de proposer des hébergements d’urgence, n’accueillant que pour une nuit les femmes et enfants pris en charge.

Mardi 10 avril

L’équipe d’Aurore a assisté et participé au séminaire « Addicciones, 2 mundos : una realidad. Uruguay-Francia » et a pu ainsi profiter de l’intervention de la « juntas contra las droguas », équivalent locale de la Mildt française. Le gouvernement uruguayen met l’action sur la prévention auprès des jeunes afin de faire reculer les chiffres de l’addiction. Car la drogue est un réel problème national, entrainé par la pauvreté.

En effet,  50% des 3 millions d’uruguayens vivent à Montevideo, et cette concentration entraine la création de bidonvilles et de poches de pauvreté en périphérie. Bien qu’à Flores et en dehors de Montevideo le phénomène de la drogue reste marginal par rapport à l’usage de l'alcool, la situation s’est nettement aggravée ces dix dernières années, notamment à cause de l’apparition de la Pasta Base, sorte de crack à bas prix très consommé en Uruguay et justifiant en partie la mobilisation actuelle.

Lors de ce séminaire, François Hervé est également intervenu sur l’histoire de l’addiction et les débats et dispositifs qu’elle suscite en France.

Les participants ont ensuite débattu autour des principes de dépénalisation et de légalisation, aboutissant  à l’évidente nécessité de mettre en place des solutions innovantes de prévention, d’accompagnement et de soins.

Mercredi 11 avril

Deuxième journée de séminaire au cours de laquelle l’équipe d’Aurore a assisté à l’intervention du psychiatre Juan Triaca, directeur de la première communauté thérapeutique financée par l’Etat. Une visite de ce service, situé à Montevideo, a été programmée pour vendredi.

A l’issue de ces deux jours riches en débats et en partage de connaissances, l’équipe d’Aurore considère que, si une dépénalisation de la drogue et de sa consommation semble d’un bien fondé évident, la question de la légalisation répond à des problématiques plus complexes. En effet, comme le précise  Eric Pliez, au-delà des débats d’ordre politique et moral, il est peu probable que la simple mise en place de régies suffise à mettre un terme au trafic.

La priorité est donc de miser sur un renforcement du travail de prévention, d’accompagnement et de soins, ce qui nécessite une volonté politique forte, une coordination des acteurs nationaux et locaux, ainsi que des moyens conséquents pour la mise en place d’un dispositif efficace.

Enfin, ce séminaire a renforcé la volonté d’une coopération entre les deux pays qui tous deux font face aux mêmes problématiques dûes à la toxicomanie et pratiquent des politiques similaires en la matière.

Du côté français, les représentants d’Aurore sont ouverts à la mise en place d’un programme d’échanges réciproques afin de faire partager aux acteurs uruguayens de la lutte contre la drogue l’expérience de l’association, tout en approfondissant ses savoirs faire.

Du coté uruguayen, le maire de Flores a manifesté le souhait de poursuivre cette collaboration avec un partenariat sur le thème prison–toxicomanie qui pourrait donner lieu à la mise en place d’un travail de type « échanges de pratiques ».

Nous suivrons sur ce site et sur twitter les derniers jours de ce voyage d’échanges à travers le monde. Restez connectés !
Mots clefs associés : Colloque   
Lire aussi

Les Journées de Solidarité Entreprises

Les journées de solidarité des entreprises se multiplient dans les services d’Aurore. Un dispositif astucieux qui permet aux entreprises...

Ouverture en 2019 d'un foyer pour adultes autistes

Dans la prolongation de son action menée depuis plusieurs années à Paris et dans les Deux-Sèvres, Aurore ouvrira en 2019 un Foyer...

Le livre blanc sur les alternatives à la prison

Pourtant rappelée à l'ordre chaque année par la CEDH pour les conditions de vie déplorables dans les prisons françaises, la France...

Retour sur la convention 2017 d'Aurore

Le 27 juin, plus de 1 000 personnes, salariées, bénévoles ou accueillies, étaient réunies à la Cité des Sciences pour la convention...

Tous les articles sur ce thème