Accueil > Pôle habitats > Premier anniversaire du centre d'hébergement d'Antony
Premier anniversaire du centre d'hébergement d'Antony

Premier anniversaire du centre d'hébergement d'Antony

Une intégration dans la cité réussie

Le 18 mai 2018 | Actualités - Actus à la Une - Retours -

Tournoi de foot, fresque streetart, atelier jardinage, exposition et musique en plein air... Le 3 mai, le centre d'hébergement d'urgence pour migrants à Antony fêtait son premier anniversaire, en présence des résidents et du Maire de la ville, du Sous-préfet et du Directeur général d'Aurore.

Accueillir et accompagner les demandeurs d'asile

Il y a un an, le centre d’hébergement d’urgence d’Aurore à Antony ouvrait ses portes afin d’accueillir et accompagner des hommes exilés sans solution d’hébergement.

Aujourd’hui, ce sont 234 résidents qui vivent dans ces anciens locaux d’Universal music. Très jeunes pour la plupart, ils sont venus chercher refuge en France. « Les situations administratives diffèrent » explique Bahattin Caliskan, Directeur du site « si 70 d’entre eux sont dans une procédure d’asile classique, plus d’une centaine sont ce qu’on appelle des « dublinés » et 36 font l’objet d’une procédure accélérée. »

Les 36 résidents restants sont des réfugiés statutaires : l’Etat français leur a accordé l’asile, mais ils restent accueillis par Aurore dans ce centre faute de solutions d’hébergement. C’est par exemple le cas de Jallal, LE cuisinier du centre qui vient d’obtenir l’asile et souhaite désormais se professionnaliser dans la restauration, discipline dans laquelle il excelle comme peuvent en attester ses 233 « colocataires ».

Pour favoriser l’intégration et l’accès à l’autonomie de ces résidents réfugiés statutaires, « l’équipe et l’association met en place, avec Pôle emploi, un programme de formation accéléré d’accès à l’emploi », explique Eric Pliez, Directeur général d’Aurore.

 

Un lieu de vie dynamique, objet d'une chaîne de solidarité

Au quotidien, ces résidents sont accompagnés dans leurs démarches administratives, souvent lourdes et complexes, par une équipe de 5 travailleurs sociaux. Chaque résident peut également compter sur la présence en roulement de 16 agents hôteliers, qui gèrent au quotidien la logistique de ce site. Mais l’action bénévole est également emblématique dans le fonctionnement du centre. Une dynamique citoyenne saluée par tous lors de cette journée.
 

Aujourd’hui, ce sont 200 bénévoles qui interviennent auprès des résidents, dans le cadre d’ateliers divers


« Nous avons été accueillis de manière exceptionnelle, non seulement par la ville mais aussi par ses habitants. Aujourd’hui, ce sont 200 bénévoles qui interviennent auprès des résidents, dans le cadre d’ateliers divers de langue, peinture, poterie, yoga… » s’est enthousiasmé Eric Pliez lors d’un discours inaugurant cette journée. « Ce sont autant d’occasion pour ces primo-arrivants de pouvoir commencer à s’intégrer, avec les échanges et ouvertures  sur l’extérieur que ces ateliers permettent. » a-t-il poursuivi, rejoint sur ce point par Philippe Maffre, sous-préfet d’Antony et de Boulogne-Billancourt, présent pour fêter ce premier anniversaire : « Un an après l’ouverture, le nombre de ces ateliers et leur fréquentation démontrent votre envie de vous intégrer, de vous exprimer… Vos interactions avec toutes les personnes que vous croisez sont autant de pas vers l’intégration » s'est-il adressé aux résidents, présents en nombre pour ce premier anniversaire.

Ce temps de parole a également été l’occasion pour Jean-Yves Senant, Maire de la ville d’Antony, de saluer à son tour l'existence de ce centre et la chaîne de bonne volonté qui ont fait de cette première année une réussite : « Nous nous sommes battus pour l’ouverture de ce centre et avons obtenu beaucoup de soutien de la part des habitants. Merci à eux. Merci à Aurore pour son travail et merci aux résidents. Bonne chance à vous, j’espère que vous pourrez vivre heureux dans ce pays, après tout ce que vous avez traversé ».

 

Mots clefs associés : Réfugiés    Hébergement