Accueil > Pôle urgence sociale et hébergement > Y aura-t-il une prolongation du plan hivernal
Illustration WP id=15888

Y aura-t-il une prolongation du plan hivernal

Le 20 mars 2013 | Actualités - Tribunes -

La fin du plan hivernal approche à grands pas. Pourtant les associations ne savent pas encore jusqu'à quand resteront ouvertes les places d'urgence qui abritent depuis 6 mois des personnes sans abri. Aperçu de la situation, à la mi-mars, vue des structures d'Aurore.  

 

Les associations engagées dans le plan hivernal sont dans l'attente

"Pour le moment on fait comme si tout fermait le 31 mars", affirme François Morillon, directeur du pôle Urgence d'Aurore. Depuis le début de la campagne, Aurore gère plus de 400 places hivernales. Et si, entre deux portes, il se dit volontiers que la plupart des centres seront prolongés, il n'y a pour l'instant pas de consigne officielle. "Nos interlocuteurs à la DRIHL ne peuvent pas dire non plus ce qui se passera au-delà du 31 mars", explique François Morillon. "Mais, contrairement à l'année passée, nous sommes presque sûrs de ne pas subir des prolongations de quinzaine en quinzaine de jours. On parle de délais allant jusqu'à 6 mois", ajoute-t-il.  

 

Une situation très précaire pour les personnes accueillies et les équipes

Les CDD de plus 60 personnes (agents d'accueil, veilleurs de nuit ou animateurs) embauchées pour la gestion des places hivernales à Aurore, se terminent normalement dans quinze jours. Malgré la précarité de leur emploi, les équipes restent mobilisées pour rassurer les personnes accueillies et préparer la fermeture des centres.

"Comme chaque année, dès le 1er mars, les angoisses se réveillent. Dans les centres, les gens sont très tendus et sollicitent sans cesse les équipes sur leur devenir", explique François Morillon.

Les salariés ont pourtant peu de marge de manoeuvre : ils travaillent l'aspect juridique d'une part, en montant les dossiers DAHO ou DALO des personnes hébergées. Ensuite, les travailleurs sociaux rédigent et envoient une évaluation sociale auprès du SIAO Insertion, pour qu'il fasse des propositions d'orientation. 

 

A Paris, il faudrait réorienter près de 1200 personnes vers une place d'insertion

"Nous avons déjà reçu plus de 1000 évaluations et il en arrive de nouvelles tous les jours", témoigne Patrick Rouyer, directeur du SIAO Insertion Paris. Le Service Intégré d'Accueil et d'Orientation reçoit les évaluations sociales et propose aux personnes une orientation adaptée à leur problématique, en fonction des places disponibles, vers des solutions qui ne relèvent pas de l'urgence : des CHRS, des résidences sociales ou des logements en intermédiation locative par exemple. "Pour le moment, la DRIHL nous a demandé de traiter en priorité les 250 places des centres qui fermeront quoi qu'il arrive au 31 mars, comme les gymnases par exemple", explique Patrick Rouyer.

Même si l'on peut craindre encore ne pouvoir trouver de solutions d'hébergement pour tout le monde, le directeur du SIAO reste optimiste, car il sent une vraie volonté de faire les efforts nécessaires pour qu'un minimum de personnes retournent dans la rue. "Grâce à des évaluations sociales de qualité et aux principes du Logement d'Abord, on a vu des familles passer directement de places hivernales à un logement", conclue-t-il. Les signes semblent positifs, mais les associations continuent à se préparer à une fermeture à la fin du mois, tant que les annonces n'auront pas été faites. Elles espèrent une prolongation du plan hivernal qui permette d'une part de sécuriser les personnes accueillies et d'autre part, de laisser au SIAO le temps de traiter et orienter les personnes, en fonction de leurs problématiques et au fur et à mesure que les places se libèrent dans les structures d'insertion.

Quant aux personnes les plus cassées, pour qui une orientation vers une place d'insertion demandera beaucoup de temps, cette prolongation permettrait d'éviter un violent et traumatisant retour à la rue. Il permettrait de ne pas rompre le travail social effectué depuis 5 ou 6 mois et qui, s'il est poursuivit, pourrait aboutir à une stabilisation. Mais plus que tout, les acteurs de l'hébergement souhaitent  en finir avec le traitement saisonnier de l'hébergement d'urgence, pour que ce plan hivernal 2012-2013 soit le dernier.

20/03/2013

Deux jours après la publication de notre article ci-dessus, la Drihl a informé le pôle Urgence d'Aurore d'une première série de prolongations.

En attendant des arbitrages budgétaires en avril qui décideront du maintien à moyen terme des places d'urgence, le centre Pasteur (hommes seuls 25 places -14ème arrondissement) restera ouvert jusqu’à fin avril, de même que le centre Gergovie (30 familles -15eme arrondissement) dont le site sera, comme cela était prévu, démoli. Les ménages seront tous relogés.

Le centre Jalaguier continuera d'accueillir 30 femmes seules jusqu’à fin mai. Quant au centre de la rue Saint-Petersbourg (120 places pour des familles - 8ème arrondissement) et le site de Maison blanche (150 places ) à Neuilly-sur-Marne ils poursuivront leur activité au moins jusqu'au 30 juin.

Cette première annonce de maintien des places hivernales est donc un sursis pour les personnes accueillies et un délai supplémentaire bienvenu pour travailler à leur orientation. Les acteurs de l’hébergement d'urgence attendent maintenant l’échéance d'avril ou devront se prendre les décisions de fermetures définitives ou de maintien à moyen terme.

Mots clefs associés : Un chez soi d'abord    Hébergement   
Lire aussi

Mon polochon habille les enfants accueillis

Parmi les 30 040 personnes accueillies par Aurore en 2016, 4 800 étaient mineures, dont 1 900 âgées de 2 ans et moins. Les besoins...

Rencontre sportive pour la Journée mondiale des réfugiés

Mardi 20 juin, pour la Journée Mondiale des réfugiés, la ville de Paris organisait, en partenariat avec le Haut-Commissariat des...

La campagne vécue dans les services

Comment les personnes en situation de précarité ont-elles vécu la campagne électorale ? Même sans accès au droit de vote, les...

Ca ne coûte pas plus cher de mieux héberger !

Les conditions de vie en hôtels sociaux ont tendance à entretenir la précarité des personnes. Depuis plus de deux ans, Aurore s’est...

Tous les articles sur ce thème