Accueil > Pôle urgence sociale et hébergement > Une nuit solidaire pour faire bouger les lignes
Illustration WP id=20916

Une nuit solidaire pour faire bouger les lignes

Le 13 février 2015 | Actualités - Evénements -

Le 12 février dernier, pour la 3ème Nuit Solidaire pour le Logement,  le Collectif des Associations Unies avait transformé la place de la République en salle de concert - restaurant - lieux d'expo - dortoir à ciel ouvert. Plus 3000 citoyens ont répondu présents à leur appel.

Se réunir pour que plus personne ne soit contraint de vivre à la rue

La France compte aujourd'hui 3,5 millions de personnes mal-logées et plus de 140 000 personnes sans abri. Face à ces chiffres alarmants des solutions existent : construire plus de logements sociaux et très sociaux, éviter le recours systématique aux places d'hôtel et favoriser l'hébergement en résidence même pour l'urgence, annuler les expulsions, favoriser l'accompagnement... Des réponses qui nécessitent, entre autre, une véritable volonté politique.

Or, face aux sujets du chômage ou de la crise économique, celui des personnes sans abri est régulièrement relégué au second plan. Avec l'organisation de cette 3ème Nuit Solidaire, le collectif des associations unies, composé de 33 associations de lutte contre l'exclusion, souhaitait montrer que cette question mobilise les citoyens.

3000 citoyens mobilisés pour une nuit aux côtés des sans abri

Devant les milliers de citoyens franciliens rassemblés autour de la scène, la chanteuse Jeanne Cherhal a lu l'appel des 33 associations. Cliquez sur l'image pour le lire : 

Un texte qui rappelle simplement l'importance de cette crise du logement, la solitude et la souffrance des personnes qui sont laissées de côté et qui demande aux pouvoirs publics de réagir au plus vite. Le Reggaeman Dias, le rappeur Giorgio puis le groupe HK et les Saltimbanks ont accompagné et réchauffé les participants à cette Nuit Solidaire. Derrière les stands de soupe populaire, la tente du forum permettait aux visiteurs de s'informer sur l'état du mal-logement ou de s'émouvoir par exemple devant les portraits du photographe Jean-Louis Courtinat.

Pour les plus courageux (les températures cette nuit-là étaient proches de 0) un espace nuit avait été installé, avec lits de camps et matelas.

Au petit matin, après la distribution des petits-déjeuners, les parisiens sont rentrés chez eux, les bénévoles ont entamé la désinstallation du matériel et les sans abri ont repris leur quotidien à la rue ; tous espérant vivement que cette nuit aura pu faire bouger les lignes.

Mots clefs associés : Personnes SDF    Actions culturelles   
Lire aussi

Mon polochon habille les enfants accueillis

Parmi les 30 040 personnes accueillies par Aurore en 2016, 4 800 étaient mineures, dont 1 900 âgées de 2 ans et moins. Les besoins...

Rencontre sportive pour la Journée mondiale des réfugiés

Mardi 20 juin, pour la Journée Mondiale des réfugiés, la ville de Paris organisait, en partenariat avec le Haut-Commissariat des...

La campagne vécue dans les services

Comment les personnes en situation de précarité ont-elles vécu la campagne électorale ? Même sans accès au droit de vote, les...

Ca ne coûte pas plus cher de mieux héberger !

Les conditions de vie en hôtels sociaux ont tendance à entretenir la précarité des personnes. Depuis plus de deux ans, Aurore s’est...

Tous les articles sur ce thème