Accueil > Pôle insertion > Aurore ouvre un restaurant social à Sevran
Illustration WP id=21955

Aurore ouvre un restaurant social à Sevran

Interview de Sophie Alary, Directrice ESS au pôle Insertion

Le 26 juin 2015 | Actualités - Evénements -

L’Atelier Chantier d’Insertion d’Aurore vient d’ouvrir ses portes au sein de la résidence sociale de l’association ADEF, à Sevran. Un projet qui a vu le jour grâce à un partenariat tripartite construit tout au long de l’année 2014.

Interview de Sophie Alary, Directrice du secteur Économie sociale et solidaire au pôle Insertion d’Aurore. 

Comment cette collaboration avec le bailleur 3F et l’association ADEF est-elle née ?

Sophie Alary : Depuis plusieurs années, l’association ADEF gère un foyer de travailleurs migrants, devenu résidence sociale en 2013, dans des locaux du bailleur 3F à Sevran. Ces locaux, où vivent près de 225 résidents, très majoritairement originaires d’Afrique subsaharienne, disposaient d’une cuisine collective qui n’était plus aux normes et qui a dû fermer. L’ADEF, 3F et le Comité de représentation des résidents - ont manifesté la volonté de transformer cette cuisine en restaurant social. Ouvert à tous, résidents comme habitants du quartier, il propose de la cuisine d’Afrique de l’Ouest - il n’y a pas d’équivalent à proximité du foyer - peu onéreuse ; les résidents bénéficient d’un tarif légèrement préférentiel (2,80€ le plat). En plus de proposer une restauration alternative, il s’agit donc d’un projet vecteur de convivialité et d'interculturalité.   

Comment Aurore s’inscrit-elle dans ce dispositif ?

Au début de l’année 2014, le comité de pilotage du projet – constitué de 3F, de la fédération des ESH, de la Direccte et de la DDCS, du CG, de l’ADEF, du sous-Préfet de Raincy et du Maire de Sevran – a sollicité Aurore (déjà présente à Sevran avec les Jardins Bios du Pont-Blanc) pour porter le dispositif, au vu de notre expérience dans l’insertion par l’économie. Nous avons accepté, la restauration nous semblant être un excellent support d’insertion.

Nous avons donc constitué l’équipe salariée du restaurant social : une équipe encadrante d’une part et des salariés en insertion d’une autre part. Ceux-ci, actuellement au nombre de 12 sur les 16 que nous pouvons employer, sont en CDD d’insertion de 8 mois renouvelables. Tous domiciliés en Seine-Saint-Denis, ils sont très éloignée de l’emploi et, souvent, cumulent des problématiques lourdes (économiques, sanitaires, de logement, etc.). Si certains étaient suivis à Aurore, d’autres nous ont été adressés par des partenaires externes (missions locales, pôle emploi, etc.). Nous formons ces personnes au métier d’agent polyvalent de restauration. Ce dispositif constitue pour elles un outil de transition, un tremplin vers l’emploi plus pérenne : tout au long de leur parcours au sein du chantier d’insertion, nous préparons leur employabilité par des enseignements pratiques mais aussi un accompagnement social. C’est pourquoi leurs 26 heures de travail hebdomadaires comprennent les temps de formations et d’accompagnement.    

Y a-t-il des pistes de collaboration plus approfondie avec l’équipe sociale de la résidence  ?

Effectivement, on peut imaginer des passerelles à développer avec l’équipe de l’ADEF. C’est une association importante et bien implantée en Seine-Saint-Denis, qui maîtrise la situation du parc social départemental. Par des échanges entre les travailleurs sociaux de la résidence et nos chargés d’insertion, nous pourrions par exemple échanger sur nos réseaux respectifs et optimiser les leviers d’insertion des personnes accompagnées et hébergées. Par ailleurs, il est tout à fait envisageable pour nous d’employer des résidents du foyer dans notre équipe du chantier d’insertion, même si la plupart d’entre eux dispose déjà d’un emploi. Plus largement, le restaurant social que nous avons mis en place est le fruit d’une réflexion commune et d’un partenariat approfondi avec les divers acteurs du projet d’une part, mais aussi avec d’autres associations impliquées dans des projets d’insertion par l’activité économique. Nous avons bénéficié de l’aide d’APPUI, une structure qui porte un réseau de restaurants similaires, les restos passerelles, en Île-de-France. 

L’année 2014, qui a vu le montage du projet, a donc généré beaucoup d’échanges et de mutualisation d’idées, afin de faire de ce restaurant social un modèle optimal d’économie sociale et solidaire. Il y a beaucoup de foyers et résidences en Île-de-France qui se trouvent dans une situation semblable et nous espérons pouvoir dans un avenir proche développer d’autres restos sociaux.  

Restaurant social d'Aurore
42, rue Augustin Moreau
93270 Sevran

Ouvert à la clientèle du lundi au samedi, entre 11h30 et 18h45

   
Mots clefs associés : ESS   
Lire aussi

Quelle insertion pour les personnes en situation de handicap ?

Mercredi 15 novembre, Claude Magdelonette, Directeur du pôle Accueils santé précarité d'Aurore, rencontrait des étudiants de l'ISTEC...

Les Journées de Solidarité Entreprises

Les journées de solidarité des entreprises se multiplient dans les services d’Aurore. Un dispositif astucieux qui permet aux entreprises...

Aurore expérimente Interlignes

Depuis Avril 2017, le pôle Insertion d'Aurore mène un projet expérimental intitulé "Interlignes" en partenariat avec le bailleur...

Le livre blanc sur les alternatives à la prison

Pourtant rappelée à l'ordre chaque année par la CEDH pour les conditions de vie déplorables dans les prisons françaises, la France...

Tous les articles sur ce thème