Accueil > Pôle grand-est foyer aubois > Une médaille pour une belle victoire
Francois_recoit_la_medaille_de_lengagement_Aube

Une médaille pour une belle victoire

François : se reconstruire après la dépendance

Le 30 janvier 2019 | Actualités - Portraits -

Le 14 Novembre 2018, Thierry Mosimann, le Préfet de l’Aube recevait une quarantaine de personnes pour la remise de la médaille de « la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif ». François Szewczyk, ancien résident du Foyer Aubois de l’Association Aurore, et aussi bénévole pour l’association Revivre (mouvement d'entraide pour se sortir de l’alcool) depuis 2009, était parmi eux. Son engagement auprès des jeunes et des moins jeunes dans des actions de Prévention de la dépendance, furent récompensés à la Préfecture de Troyes ce jour-là. Il aime raconter son histoire et c’est bien celle-ci qu’il transmet avec conviction et chaleur !

Le piège de l’alcool

François est né en 1950 à Paris. A 14 ans il travaille déjà comme menuisier en région parisienne. Avec ses copains, l'alcool l’aidait à discuter, à dépasser sa timidité, à gérer ses émotions… C’est, en tout cas, ce qu’il croyait.

Conviviale au départ avec ses collègues de travail, sa consommation d'alcool finit par devenir un problème important qui démolit sa confiance en lui, l’isole et le détruit.

Cela le conduit à faire plusieurs cures. Le directeur d’une de ces institutions l'oriente vers le Foyer Aubois de l’Association AURORE en 2001.

Sa rencontre avec le Foyer Aubois de l’association Aurore

François se remémore son arrivée en mars 2001, et reste marqué par l’accueil du Directeur sur le quai de la gare de Troyes. Lorsqu’il est arrivé, on l’a vouvoyé, il dit s’être senti considéré comme un homme « et pas comme la larve qu'il croyait être devenu ».

Il restera deux ans et demi au Foyer Aubois et rencontre Revivre pendant cette période.

Petit à petit il va réapprendre à vivre sans alcool, en commençant par le B-A-BA : se lever chaque matin, se laver, prendre soin de lui, prendre soin des autres, rendre service. Plus encore : travailler. En un mot gagner en confiance et en estime de lui. Par le biais des groupes de paroles, Revivre lui a permis de continuer à se remettre debout, il réapprend à parler, écouter, raconter son histoire avec d’autres.

Les retrouvailles avec sa fille et sa nouvelle vie

Avec l'aide de la région et du département de l'Aube, en 2003, son abstinence et son rétablissement lui permettent de passer son permis de conduire et de trouver un emploi chez un menuisier qui décide de lui faire confiance. Ses compétences et son savoir-faire de menuisier seront d’ailleurs très sollicités ! Il restera dans cette entreprise jusqu'à sa retraite en 2009, François a alors 59 ans.

D’un point de vue relationnel, il reprend même contact avec sa fille en 2008, après une longue séparation liée à sa consommation d’alcool et aux conséquences que celle-ci a entrainée.

L’amitié, le soutien des professionnels et bénévoles de Revivre l'aident à maintenir son abstinence et à trouver un nouveau mode de vie. À tel point qu'il baptise son chien « Festin », clin d'œil au Dr Festin, médecin alcoologue de Revivre !

Son engagement auprès des autres

Il partage son expérience en équipe avec les salariés de Revivre, auprès des jeunes et des personnes qui veulent se sortir de l'alcool. Il s’engage volontiers pour aider les autres, non pas comme un modèle à suivre, mais comme le récit d’une histoire vécue qui montre qu’on peut y croire, malgré tout.

François est toujours prêt à aider en menuiserie, il rend aussi service au Foyer, à Revivre ou encore aux Ateliers, où il participe à l'animation de ventes spéciales.

Quinze ans après, il sait qu’il est toujours vulnérable et reste vigilant parce qu’il n’a pas envie de revivre les galères de la dépendance.

Son engagement n'est pas le sien seulement, il s’agit d’un engagement commun, avec le sentiment de ramer ensemble dans le même sens en pouvant s'appuyer les uns sur les autres. François aime répéter :

« On m’a aidé, alors j’aide les autres. Le bien que cela m’a fait je dois pouvoir le faire vivre aux autres. Et en plus cela me fait plaisir ».

Mots clefs associés : Addictions    pair aidance    engagement