Accueil > Pôle accueils, santé, précarité > Soulager la souffrance des patients en grande précarité
Illustration WP id=19027

Soulager la souffrance des patients en grande précarité

Le 14 mars 2014 | Actualités - Témoignages -

Depuis 3 ans, les Lits Halte Soins Santé d’Aurore accueillent et accompagnent les personnes précaires nécessitant des soins infirmiers. Pour mieux soulager ceux-ci, le service est actuellement engagé dans un projet de gestion alternative de la douleur.    

 

Une action propice à la continuité des soins pour les personnes sans domicile.

Basé à Gagny, en Seine-Saint-Denis, le service Lits Halte Soins Santé (LHSS) d’Aurore a ouvert en 2011. Sa vocation : accueillir et héberger des personnes sans domicile dont l’état de santé nécessite des soins infirmiers. Ainsi, l’action des LHSS, qui disposent d’une capacité d’accueil de 40 places, intervient en aval de l’hospitalisation de ces personnes afin que la précarité de leurs conditions de vie ne vienne pas interférer dans leur rémission médicale. Si elle dispose de personnels et locaux habilités à soutenir les traitements médicamenteux des personnes accueillies, la structure n’est pas pour autant un simple centre médical et poursuit également une mission sociale. En effet, nombre de ces personnes (environ 94% d’entre elles selon Agathe Bouillet, responsable des LHSS) sont dépourvues de droits sociaux. Dès lors, cette prise en charge est l’occasion pour ces patients de débuter ou poursuivre, auprès des deux assistants sociaux de la structure, un travail d’ouverture de droit, et éventuellement de recherche d’hébergement en prévision de la sortie - la prise en charge par les LHSS durant en principe 2 mois maximum, bien que le critère de sortie de ces personnes repose en pratique sur l’évolution de leur état de santé.  

 

 

La douleur, omniprésente parmi le public des LHSS.

Si l’action globale d’Aurore s’adresse à des individus en situation de précarité sociale et/ou économique, toutes ne connaissent pas la maladie, et notamment la douleur physique. Aux LHSS de Gagny, cette souffrance physique fait partie intégrante du quotidien. Si les personnes sont accueillies pour une période  courte, il arrive que certaines personnes atteintes de pathologies lourdes soient accueillies, faute de place dans des structures spécialisées. Pour certains cas, le travail entrepris par l’équipe des LHSS relève plus de l’accompagnement à la fin de vie que d’un soutien à la guérison. Autant de cas médicaux induisant une grande souffrance, non seulement physique mais aussi psychique, chez des patients particulièrement vulnérables du fait de parcours de vie souvent chaotiques.

De ce fait, l’équipe du service a rapidement pris conscience d’une nécessité : celle de proposer aux personnes accueillies des outils alternatifs de gestion de la souffrance et/ou de la fin de vie, en parallèle des soins médicamenteux.  

 

Soulager, autrement.

Afin d’accompagner les patients vers un « mieux-être », le service a donc entamé une démarche thérapeutique de prise en charge globale de la douleur dès 2012. Différentes activités récréatives et facultatives - tels que des ateliers « photographie », « relaxation », « bien-être » ou encore des sorties culturelles et/ou sportives - ont alors été mises en place pour permettre aux patients de disposer d’un espace d’évasion à la maladie tout en développant leur rapport au corps et à l’estime de soi.

Aujourd’hui, près de deux ans après leur mise en place, ces ateliers semblent d'ores et déjà incontournables dans la vie quotidienne du service, à en témoigner par le taux de fréquentation qu’ils suscitent. Si ces ateliers collectifs permettent d’une part d’améliorer la vie en communauté en favorisant les échanges et la solidarité entre patients, leurs bienfaits agissent surtout au niveau individuel, notamment en ce qui concerne le rapport au corps. Un enjeux essentiel selon Marie-Anne, pharmacienne de la structure : « Atteindre le corporel, c’est humaniser la personne, lui insuffler un peu d’espoir ». Monsieur D. qui est accueilli aux LHSS suite à un AVC combiné à une toxoplasmose, trouve par exemple en l’atelier photographie un moyen de mesurer les évolutions de son état de santé : « A mon arrivée, j’étais beaucoup plus maigre, à cause de mes problèmes de santé. Depuis j’ai repris du poids. Je m’en suis rendu compte grâce aux photos qui sont faites de nous pendant l’atelier, et ça me fait du bien ». Madame A., atteinte d’un cancer généralisé, trouve elle en l’atelier de Qi-Gong (une méthode de relaxation chinoise basée sur la gymnastique et la respiration) un réel soulagement physique, quand sa santé lui permet d’y participer :

« Le matin c’est comme si j’étais emprisonnée dans mon corps, et je mets plusieurs heures à me sentir mieux. Mais je vais à l’atelier chaque fois que c’est possible car il me procure beaucoup de bien. »

Constatant les apports évidents de cette démarche thérapeutique dépassant le simple acte médical, le service a décidé de développer cette initiative en incluant des ateliers supplémentaires, tels que le yoga, l’hypnose, l’intervention d’une socio-esthéticienne, différentes techniques de massage, ou encore l’auriculothérapie (ou « acupuncture auriculaire »). C’est dans ce cadre que les LHSS ont, au cours de l’année 2013, candidaté et remporté un appel à projets de la Fondation de France sur la thématique « soigner, soulager, accompagner ». Ce partenariat va d’une part permettre de financer l’aménagement de la salle informatique du service en espace dédié aux ateliers. Mais il va aussi donner la possibilité à l’équipe des LHSS de suivre les formations professionnelles spécifiques qui leur permettront, au cours des prochains mois, de mettre en place et animer les nouveaux ateliers.

Une équipe dont l’investissement et la polyvalence permettent aux patients des LHSS de bénéficier d’un soutien global, outrepassant le simple acte médical et social, comme en témoignage Mme A. : « J’ai connu beaucoup de souffrance à cause de mon cancer. Dans cette maladie on se sent très seule. Mais ici j’ai trouvé une écoute. L’équipe m’a beaucoup soutenu, tout le monde, de la directrice aux agents d’entretien. »    

Mots clefs associés : Personnes accueillies    Maladies chroniques   
Lire aussi

CAO dans les Deux-Sèvres

Le 1er juillet, Aurore s'est vue confier la gestion d'un centre d'accueil et d'orientation (CAO) situé dans les Deux-Sèvres afin...

Concert et vide grenier aux SAVS

Le 24 juin, les Services d'accompagnement à la vie sociale d'Aurore, qui accueillent à Paris une centaine d'adultes ayant un handicap...

En coulisses avec le Ferraillouz'band

"Explosion de couleurs" est le deuxième spectacle du Ferraillouz’band, formation de percussionnistes est composée de neuf résidents...

La campagne vécue dans les services

Comment les personnes en situation de précarité ont-elles vécu la campagne électorale ? Même sans accès au droit de vote, les...

Tous les articles sur ce thème