Accueil > Pôle accueils, santé, précarité > Eric Pliez décrit le sentiment des associations après la conférence nationale contre la pauvreté
conference_mendiciterue

Eric Pliez décrit le sentiment des associations après la conférence nationale contre la pauvreté

Le 12 décembre 2012 | Actualités - Tribunes -

"Quel est le sentiment des participants au sortir des deux jours de conférence participative sur l'inclusion sociale ?  "Le verre est à moitié plein", me disait Louis Gallois, Président de la Fnars, à l'issue des travaux.

 

Quelles conclusions tirons-nous de la conférence ?

Une déception face à l'augmentation trop lente du RSA qui, avec une augmentation de 10% d'ici 2017, sera dans 5 ans encore loin d'être à la moitié du Smic. Symbolique dans l'immédiat pour l’allocataire, la mesure qui, à terme, représentera 50€ supplémentaires par mois, fait néanmoins crier certains à "l'assistance", qui n'ont pas compris que réduire la pauvreté c'est permettre le mieux vivre ensemble. Une attente importante quant à la mise en place d'une gouvernance rénovée où les diagnostics territoriaux, les conférences de financeurs, et une plus grande responsabilisation des acteurs de terrain via des contrats d'objectifs pourraient nous sortir de la politique "du millefeuille".

Cela supposera, du côté des acteurs associatifs, une capacité à travailler différemment, en plateforme ou en groupement de compétences croisées. Un espoir quant à l'affirmation de la priorité donnée à la jeunesse et notamment la mise en place du Civis rénové qui ne devra pas oublier ceux qui ne demandent plus rien et vers qui le secteur associatif se doit d'aller. Un espoir également dans le plan quinquennal pour le logement, y compris le logement très social, ainsi que dans la création de places d'hébergement supplémentaires. Un plan qui fait la part belle à la prévention des expulsions et au logement accompagné. Nous le savons, la création de places ne résoudra rien si elle n’est pas accompagnée de diagnostics territoriaux en amont et de l'amélioration de l'ensemble du parcours résidentiel.

Sur ces derniers points, il est urgent d'agir vite. C'est donc à l'Etat d'organiser le lancement concret de ces annonces et d'y associer les acteurs spécialisés, les collectivités locales et les personnes accueillies. Des personnes accueillies pour lesquelles le premier ministre a eu des mots forts, notamment à propos du changement de regard nécessaire sur la pauvreté et de leur indispensable intégration dans tout processus de construction d'une réelle politique d'inclusion sociale."  

Eric PLIEZ, Directeur général de l'association Aurore    

Mots clefs associés : Précarité   
Lire aussi

Le Ferraillouz'band se raconte en images

"Explosion de couleurs" est le deuxième spectacle du Ferraillouz’band, formation de percussionnistes est composée de neuf résidents...

Concert et vide grenier aux SAVS

Le 24 juin, les Services d'accompagnement à la vie sociale d'Aurore, qui accueillent à Paris une centaine d'adultes ayant un handicap...

La campagne vécue dans les services

Comment les personnes en situation de précarité ont-elles vécu la campagne électorale ? Même sans accès au droit de vote, les...

Apte certifié au plus haut niveau par la HAS

A Bucy-le-Long (Aisne), le centre APTE d’Aurore, également appelé la Maison de Kate en hommage à sa fondatrice Kate Barry, propose...

Tous les articles sur ce thème