Accueil > Pôle accueils, santé, précarité > Chronique d’une assistante sociale n°4
Illustration WP id=11696

Chronique d’une assistante sociale n°4

Le 27 juillet 2012 | Actualités - Tribunes -

Chaque semaine et tout au long de l'été sur le blog d'Aurore, nous vous proposons de découvrir le quotidien et les questionnements d'une travailleuse sociale. Marie Sainte-Marie, assistante sociale depuis 38 ans, travaille à Aurore depuis 2001. Elle suit actuellement les personnes hébergées au sein de résidences sociales. Elle nous raconte ces rencontres professionnelles et personnelles qui la font réfléchir et qui la touchent.

Illustrations réalisées par Medhi Lecomte

Nathalie, hôtesse de caisse

"- Bonjour.

Je suis obligée de dire bonjour à chaque client qui s’arrête à ma caisse. La vieille, là, ça fait trois fois qu’elle vient aujourd’hui, trois fois que je lui dis bonjour, trois fois qu’elle me répond juste par un regard hargneux. Et puis elle va encore revenir : elle ne prend qu’un ou deux articles à chaque fois.

Qu’est ce que j’ai mal au dos ! Merde, le code barre ne passe pas ! Où est-ce qu’elle est allée chercher cette horreur ? C’est fou le nombre d'articles pourris qu’on peut vendre ici, et il y a toujours des gens pour les acheter ! Je suis sûre qu’elle a fait exprès de choisir ce truc pour rester plus longtemps à la caisse. En plus, il va falloir que j’appelle un vigile et aujourd’hui c’est René. J’aime pas ce type là ! Et si je le dis, comme c’est un black on va me traiter de raciste. Comme si on ne pouvait pas être à la fois black et chiant !

17 H 42. Encore 18 minutes ! Pourquoi ce sont toujours les dernières les plus longues ? Pourquoi il ne vient pas, l’autre ? Et en plus, elle sent pas bon cette vieille ! Il n’a pas pu s’empêcher de toucher mes doigts quand il a pris la statue baromètre. Beurk, il me dégoûte. Et tous les autres là qui commencent à râler parce que ça dure trop longtemps ! Pffff…

Deux jours. J’ai deux jours de retard. Je ne sais pas si on peut faire un test au bout de deux jours de retard. Je le ferai demain s’il n’y a toujours rien. Peut-être qu’il faut quand même attendre une semaine. Ça y est j’ai réussi à éviter qu’il ne me touche cette fois-ci. Ouais !!!

- 3 euros 99

J’aurais parié que la vieille ne la prendrait pas ! Elle fait vraiment exprès de faire poireauter les gens pour rien. On est aussi obligé de dire merci bonne journée quand ils partent.

- Merci, bonne journée

- Bonjour

Faut peut-être que j’en parle à Yannick. Je le sens pas ce coup là. Il va se sentir piégé, il va se barrer. Et je vais encore me retrouver toute seule. Qu’est ce que j’aimerais pas avoir un môme qui braille comme celui-ci ! Bon, je ne vais pas commencer à mater les mômes qui passent devant ma caisse parce que j’ai deux jours de retard !

17 h 48. Tiens, ça me fait penser qu’il faut que je ramène des ampoules. Celle de la cuisine est grillée. Qu’est ce que je vais faire à manger ce soir ? C’est pas ce que bouffe cette bonne femme qui me donne envie.

- 39 euros 65

- Merci bonne journée

- Bonjour

Il est pas mal ce mec. Un mec comme ça, ça me changerait de Yannick. Je crois pas que ça va durer avec lui.

- 12 euros 43

- Merci, bonne journée

- Bonjour

17 H 55. C’est l’heure de sonner la relève. C’est toujours comme ça quand on s’arrête, il faut qu’ils râlent. Ils peuvent pas comprendre qu’on peut pas partir comme ça, qu’il faut qu’on boucle notre caisse.

- Salut Karine, Qu’est ce que je me suis encore emmerdée aujourd’hui !"

Voilà comment Nathalie m’a raconté comment elle avait découvert sa grossesse.

Mots clefs associés : Personnes accueillies   
Lire aussi

Les Journées de Solidarité Entreprises

Les journées de solidarité des entreprises se multiplient dans les services d’Aurore. Un dispositif astucieux qui permet aux entreprises...

Ouverture en 2019 d'un foyer pour adultes autistes

Dans la prolongation de son action menée depuis plusieurs années à Paris et dans les Deux-Sèvres, Aurore ouvrira en 2019 un Foyer...

Le livre blanc sur les alternatives à la prison

Pourtant rappelée à l'ordre chaque année par la CEDH pour les conditions de vie déplorables dans les prisons françaises, la France...

Retour sur la convention 2017 d'Aurore

Le 27 juin, plus de 1 000 personnes, salariées, bénévoles ou accueillies, étaient réunies à la Cité des Sciences pour la convention...

Tous les articles sur ce thème