Accueil > Groupe de travail citoyenneté > Le livre blanc sur les alternatives à la prison
Couv_le_livre_blanc_sur_les_alternatives_a_la_prison_livre_blanc

Le livre blanc sur les alternatives à la prison

Conférence de presse au CHU Magenta

Le 19 septembre 2017 | Actualités - Tribunes -

En 2017, la France est le seul pays d'Europe où le nombre de détenus continue de croître. Elle est pourtant rappelée à l'ordre tous les ans par la CEDH qui condamne les conditions de vie déplorables des prisons françaises. A nouveau, nous sommes sur le point de battre notre triste record de détenus avec près de 69 500 détenus pour seulement 58 664 places disponibles.

En 2013 la conférence de consensus sur la prévention de la récidive préconisait d'avoir davantage recours aux alternatives à la prison et aménagement de peines plutôt qu'à l'enfermement. Et pourtant, on constate sur ces dernières années que la France continue de prononcer des peines de prison ferme pour des délits de moins en moins graves et pour des durées de plus en plus longues. La prison reste ainsi une peine de référence, alors que de nombreux spécialistes rappellent régulièrement que les peines exécutées en milieu ouvert favorisent moins la récidive que les peines de prison.

Après plusieurs mois de recherche, de concertation et de rédaction, la Fédération Citoyens et Justice, dont Aurore est adhérente, publie un livre blanc sur les peines alternatives à l’incarcération, les aménagements de peine et l’insertion des personnes en sortie de détention. Outre l'état des lieux qu'elle met en avant, cette étude propose au gouvernement, aux élus et aux magistrats 79 préconisations issues de l’expertise du milieu associatif et du milieu judiciaire. Voici un court aperçu de certaines d’entre-elles qui feront écho à l’action d’Aurore et à l’atelier sur les alternatives à la prison organisé lors de la convention 2017 :

  • Asseoir la complémentarité entre le secteur public et le secteur associatif habilité en facilitant l'échange d'informations entre les associations auxquelles sont confiées les mesures de surcis avec mise à l'épreuve (SME) et l'ensemble des acteurs pénitentiaires et judiciaires
  • Réviser la politique tarifaire de la mesure de placement à l’extérieur en réévaluant le prix de journée en fonction des mesures exercées par l’association
  • Consolider les liens partenariaux entre les acteurs en conduisant une réflexion sur la manière d’apaiser les relations entre le SPIP et les associations et d’amener une cohésion et une complémentarité dans leurs interventions respectives
  • Confier au législateur le soin de définir précisément ce que recouvrent « les gages sérieux de réadaptation sociale »

Pour en savoir davantage et prendre connaissance de l'ensemble des 79 préconisations dont nous venons de vous donner un aperçu, vous pouvez consulter le livre blanc sur les peines alternatives à l'incarcération, les aménagements de peine et l'insertion des personnes en sortie de détention

 

 

 

Mots clefs associés : Prison