Accueil > Accueil des réfugiés et demandeurs d’asile > Une pièce de théâtre jouée par des résidents de l'HUDA Jules Siegdried à Nanterre-Amandiers
nanterre_theatre_3_DSCF0614

Une pièce de théâtre jouée par des résidents de l'HUDA Jules Siegdried à Nanterre-Amandiers

La mise en scène d'une rencontre entre apprentis comédiens

Le 11 avril dernier, un groupe d'une dizaine de résidents est monté sur la scène du Théâtre Nanterre-Amandiers, aux côtés d'étudiants de l'Université Paris-Nanterre, pour présenter "La Réunification", restitution d'ateliers théâtre débutés il y a près de huit mois.

Réunir trois acteurs de la ville de Nanterre

Le projet de ces ateliers théâtre et de la pièce qui en est issue a été construit par trois partenaires d'un même quartier, souhaitant contribuer à créer du lien social sur la ville. 

Le service de l'action culturelle et de l'animation du campus de l'Université Paris-Nanterre est à l'origine de cette initiative, l'a financée, et c'est lui qui a mis en relation le groupe avec les deux metteurs en scène et comédiennes qui ont porté le projet : Murielle Martinelli et Garance Rivoal. 

Le théâtre Nanterre Amandiers a mis à disposition une salle pour les ateliers et a accueilli, le 11 avril dernier, le spectacle final. Le théâtre a également participé à la création artistique du projet : en effet, la pièce montée par le groupe est inspirée d'un spectacle programmé au théâtre, La Réunification des deux Corées de Joël Pommerat. Le groupe d'apprentis comédiens a pu assister à cette reprsentation - entre autres spectacles au cours de l'année - et a rencontré la troupe de Joël Pommerat, qui a été très présente pour eux dans la préparation de leur propre spectacle. 

A l'HUDA Jules Siegfried, c'est Marie Dehoux, animatrice socioculturelle, qui a coordonné le projet. Après avoir informé le service sur le projet, elle a accompagné les 12 résidents volontaires à prendre part aux ateliers. En amont et pour faciliter la prise de contact avec les résidents, elle a accueilli Garance, une des metteurs en scène, pour une mission de bénévolat au centre pendant un mois. Ces premières rencontres ont permis d'instaurer une relation de confiance et de faciliter la mobilisation des résidents. 

Réunir sur scène étudiants et résidents du centre

Affirmer le statut du centre et de ses résidents en tant qu'acteurs de leur territoire était un des premiers objectifs de ce projet. Le second était de travailler la création de lien social à l'échelle du groupe des apprentis comédiens. En réunissant chaque semaine pendant plusieurs mois les 12 résidents de Jules Siegfried et une dizaine d'étudiants de l'Université Paris-Nanterre, le projet a permis de faire se rencontrer des personnes d'âges similiaires, interagissant sur des sujets universels, contournant la barrière de la langue par la construction d'une langage commun autour du théâtre. 

Le résultat de cette collaboration a pu se voir sur scène : la complicité créée au cours des ateliers s'est ressentie le jeudi 11 avril dernier. Complicité entre les membres du groupe, qui se sont vus en dehors des ateliers pour continuer à échanger, mais aussi complicité avec les metteurs en scène, chaleureusement applaudies et remerciées à l'issue de la pièce aux Amandiers. 

Sur scène, c'est autour du sujet des relations humaines, de l'amour et du couple que s'est exprimé ce lien tissé entre les participants. Dans des saynètes inspirées de mythes et textes de théâtre classique, des petits groupes se sont succédés, entrecoupés de chansons françaises et afghanes. Preuve de leur professionnalisme, les apprentis comédiens ont mené la pièce jusqu'au bout, sans se laisser perturber par des coupures de courant qui ont malheureusement interrompues le spectacle à plusieurs reprises. 

Et après...

Le groupe s'est revu le lendemain de la pièce pour prendre le temps de débriefer leur performance, aux côtés des metteurs en scène. Au-delà des liens d'amitié créés, le projet a aussi permis aux résidents de travailler la langue et l'estime de soi, tout en favorisant leur épanouissement personnel et en contribuant à leurs parcours d'insertion. 

En attendant la mise en place d'une éventuelle deuxième saison des ateliers, et forts du succès de leur première représentation, le groupe cherche actuellement à reprogrammer la pièce, à l'Université Paris-Nanterre ou dans un service d'Aurore. A suivre donc...