Accueil > Groupe de travail citoyenneté > La campagne vécue dans les services
Elections dans les services

La campagne vécue dans les services

Elections présidentielles

Le 17 mai 2017 | Actualités -

Comment les personnes en situation de précarité ont-elles vécu la campagne électorale ? Même sans accès au droit de vote, les résidents du CSAPA Clémenceau de Gagny et du centre d’hébergement pour demandeurs d’asile du Pré-Saint-Gervais se sont exprimés sur ces élections et sur la question des droits civiques.

 Simulation de vote pour les demandeurs d’asile du Pré-Saint-Gervais

 

Le samedi 6 mai, un peu en avant-première et après 1h30 de présentation des programmes avec l’aide de traducteurs, le centre d’hébergement du Pré-Saint-Gervais (93) a voté à 82% pour Emmanuel Macron.

Vote au CHU Pré Saint Gervais d'AuroreComme l’explique Florence Fanelli, directrice d’activités au sein d’Aurore, « seuls six des résidents avaient déjà participé à une élection » et ils étaient ainsi très enthousiastes à l’idée de se prêter à cet exercice de simulation. « Nous avons pris soin, avec l’équipe du centre, d’être le moins présents possible en confiant la régulation de l’élection à certains résidents. Le chef du bureau de vote, un demandeur d’asile afghan de la tribu Pashtoune Shinwari, a pris son rôle très au sérieux et évité beaucoup d’irrégularités ». Un exercice démocratique inédit pour beaucoup des résidents qui a conduit à quelques infractions électorales, tels que la révélation de son vote ou l’entrée à deux dans l’isoloir « pour gagner du temps ».
 

Seuls six des résidents avaient déjà participé à une élection
 

Bilan de l’expérience : 9 votes nuls, un taux de votes blancs limité du fait du manque d’enveloppes, et, surprise, quelques votes pour la candidate Marine le Pen également. « Nous leur avions demandé d’oublier pour une soirée leur nationalité d’origine et de voter « comme des français » sur la base des programmes, d’où ces quelques votes », explique Florence Fanelli, qui souligne le succès de cette simulation de vote : « 3 heures d’opérations électorales, beaucoup de curiosité et de sérieux… et de beaux éclats de rire ! ».

 
Rencontre-débat avec les usagers du CSAPA Clémenceau

 

Les élections présidentielles dans les services d'AurorePeu avant le premier tour des élections présidentielles, l’équipe et les résidents des Appartements thérapeutiques du CSAPA Clémenceau à Gagny (93) ont quant à eux organisé une réunion extraordinaire avec l’idée d’échanger et de débattre, dans un cadre convivial, sur ce contexte électoral. Citoyenneté, abstention et attentes vis-à-vis des candidats : ces trois axes de réflexion ont guidé ces échanges et fait émerger certaines préoccupations des résidents, concernant l’accès aux droits civiques notamment.

 « Si beaucoup ont confié ne pas voter », relate Samir Baroualia, Chef des dispositifs Appartements thérapeutiques et Femme Et Enfant (FEE) du CSAPA, « une partie de ces résidents a exprimé son regret de ne pas en avoir le droit ». Ainsi, certains d’entre eux, ayant fait l’objet de condamnations aux Assises assortie d’une peine privative de leurs droits civiques ont confié mal vivre cette ce contexte électoral, et regretter que d’autres, notamment les jeunes, ne s’emparent pas du droit de vote dont ils disposent. « Un des résidents qui a connu une longue peine d’incarcération a expliqué se sentir pour la première fois, après l’enfermement et la stigmatisation, victime d’une triple peine », explique Samir Baroualia.

 

Plusieurs résidents ont exprimé leur regret de ne pas avoir accès au droit de vote

 

Une préoccupation partagée par deux personnes titulaires d’une titre de séjour, qui, elles non plus, de disposent pas de ce droit, sauf exceptions. « Elles ont fait valoir qu’elles payent leurs impôts en France et souhaiteraient pouvoir choisir elles-aussi les personnes qui les utilisent », poursuit Samir Baroualia.

« Ça a été un débat de trois heures, passionné et passionnant. Il y a eu beaucoup d’échanges, notamment autour des politiques et propositions des candidats en termes de santé publique, de justice et de logement, qui semblent ne pas répondre à leurs attentes.» Outre les réflexions autour des droits civiques et de leur perception des différents candidats, le groupe a également procédé à une estimation du résultat final des élections et désigné Emmanuel Macron comme prochain Président de la République.

 

Décidément, les résidents d’Aurore ont du flair, les instituts de sondage n’ont qu’à bien se tenir !